E-learning à thème

Pourquoi et comment faire de la biologie nutritionnelle et fonctionnelle par Bruno Mairet

Les analyses de biologies nutritionnelles et fonctionnelles sont toujours incontournables pour explorer un terrain. Elles sont parfois indispensables pour comprendre des situations physiopathologiques complexes. Elles sont fort utiles pour délivrer des recommandations personnalisées en nutrition et micronutrition et faire un suivi éclairé. Elles sont comme la partie immergée de l’iceberg dans nos situations cliniques.

Et pourtant, les analyses de biologies nutritionnelles et fonctionnelles sont la plupart du temps méconnues, peu, voire non enseignées dans les différents cursus des professionnels de santé.

Ce module pose toutes les bases essentielles pour être à l’aise avec l’environnement autour de ce type d’analyses et connaître les prérequis pour se lancer avec confiance dans leurs pratiques.

Optimiser le système immunitaire par la nutrition par Guénaëlle Abéguilé

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout »

Nous ne pouvons que constater au quotidien qu’un même micro-organisme peut passer totalement inaperçu chez certaines personnes et mortel chez d’autre.

Cette constatation trouve ses explications dans la nature de la réponse mise en place par notre système immunitaire face à l’intrusion du pathogène.

Alors qu’une réponse immunitaire insuffisante permet au microbe de gagner rapidement du terrain, une réponse immunitaire exagérée peut s’avérer tout aussi néfaste à cause des lésions oxydatives induites par le système immunitaire.

Alors, comment optimiser la réponse immunitaire afin de lutter efficacement contre le microbe sans que cette réponse ne soit trop délétère ?

Comprendre la candidose – prise en charge (Mycose intestinale) par Guénaëlle Abéguilé

Notre mode alimentaire et notre mode de vie est à l’origine de l’altération de notre microbiote intestinal. Certains micro-organismes tirent alors profit de la situation. Le Candida Albicans compte parmi les principaux opportunistes.

Cette levure, cohabitant avec notre microbiote sans effet délétère, parvient à proliférer et se transformer dans notre intestin lorsque nous lui en donnons l’opportunité.

Elle modifie alors considérablement notre santé physique et psychique : troubles immunitaire, déprime, fatigue, troubles digestifs, troubles cutanées peuvent alors provenir d’une seule et même cause : La candidose.

Mise en évidence de la candidose par les métabolites urinaires par Bruno Mairet

Les tableaux de candidose intestinale sont fréquents dans les consultations fonctionnelles. Nous en connaissons bien les signes principaux qui nous la font suspecter : fatigue, désordres intestinaux, addictions sucrées, faiblesses immunitaires, … 

Par contre, le protocole de prise en charge d’une candidose est relativement lourd. Il est par conséquent important de pouvoir mettre en évidence avec certitude la présence d’une candidose.

Nous avons à notre disposition un test urinaire, MOU ou DMI, simple à réaliser et fiable, et qui explore également la présence d’autres types de dysbiose : fermentation, putréfaction.

Les troubles fonctionnels de la thyroïde : physiologie et prise en charge par Guénaëlle Abéguilé

Les déficits micronutritionnels, l’environnement, le stress, l’altération de l’écosystème intestinal sont autant de facteurs entraînant aggravant ou entretenant une dysfonction thyroïdienne.

Les fonctions des hormones thyroïdiennes sont multiples. L’hypothyroïdien souffrira de fatigue, de prise de poids, de frilosité, de troubles de la fertilité de la libido, mais également de baisse de moral, de perte de cheveux etc. Il semble essentiel d’étudier la physiologie de la thyroïde pour comprendre quels peuvent être les causes de son dysfonctionnement.

La thyroïde peut être victime de nombreuses autres troubles ou dysfonctions : stress, microbiote, déficit micronutritionnel, perturbateurs endocriniens, etc

Le Syndrome prémenstruel  et l’endométriose : physiopathologie et prise en charge par Guénaëlle Abéguilé

Le Syndrome prémenstruel  et l’endométriose sont deux affections qui peuvent considérablement altérer la qualité de vie de nombreuses femmes. La souffrance physique et psycho émotionnelle en période prémenstruelle et même parfois au-delà est encore aujourd’hui un sujet tabou et incompris de l’entourage.

Ces deux affections aux mécanismes physiopathologiques différents sont abordées dans ce même E-learning car les dysfonctions favorisant l’endométriose et le syndrome prémenstruel sont relativement similaires.

Après avoir décrit le syndrome prémenstruel et l’endométriose, nous étudierons l’altération des dimensions hormonale, Immuno-inflammatoire et neuropsychique à l’origine, aggravant ou entretenant ces affections.

Par la suite nous apprendrons à repérer la présence de ces altérations et à les prendre en charge par des stratégies nutritionnelles et micronutritionnelles adaptées et individualisées.

Le SIBO : ventre hyper ballonné, identifier et traiter par Guénaëlle Abéguilé

Troubles digestifs rebelles voire aggravés par la prise en charge classique de la dysbiose.

Ballonnements incessants, sensation de ne plus rien digérer, reflux, maux de tête, fatigue, intolérances alimentaires…. Les examens médicaux écartent toutes les pathologies digestives…

Nous aborderons la compréhension des dysfonctions à l’origine du SIBO, les conséquences du SIBO, la mise en évidence du SIBO et la pris en charge.

Physiologie de la détox – solutions par Guénaëlle Abéguilé

Les Toxiques sont omniprésents : alimentation, pollution atmosphérique, produits ménagers, cosmétiques, tabac, alcool, médicament et même notre microbiote produit des toxines. Il est alors impossible de tous les éviter.

Heureusement notre organisme est équipé de systèmes de détoxication très évolués, un des principaux acteurs : notre foie.

  • Comprendre le rôle des différents acteurs de la détoxication
  • Comprendre comment limiter l’exposition aux toxiques
  • Comprendre comment limiter l’absorption
  • Savoir identifier les troubles liés à la surcharge hépatique
  • Savoir identifier les troubles liés au déficit vésiculaire
  • Savoir Optimiser la détoxication

Prise en charge micronutritionnelle du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) touche 5 à 10 % des femmes. Ce syndrome est lié à une dysfonction hormonale par hyperandrogénie (excès de testostérone). Les conséquences sont diverses et variées parmi lesquelles, des troubles du cycle menstruel, de l’infertilité et des grossesses à risques.

Dans cette formation, nous étudierons quelles sont les dysfonctions à l’origine de ce trouble hormonal, nous apprendrons à repérer ces dysfonctions par la clinique et par la biologie afin d’individualiser une prise en charge adaptée à chacune de nos patientes.

Prise en charge micronutritionnelle de la ménopause et la préménopause

Actuellement, une femme passe environ un tiers de sa vie en ménopause. Cette période de fluctuation hormonale s’accompagne souvent de troubles du climatère (troubles vasomoteurs, troubles neuropsychiques, troubles urogénitaux).

À côté de ces désagréments, qui altèrent la qualité de vie de la femme, la période post ménopausique s’accompagne d’une augmentation d’incidence de maladies telles que les cancers hormonaux dépendants, l’ostéoporose ou les maladies cardiovasculaires.

Dans cette formation, nous verrons qu’il n’existe pas une ménopause mais DES ménopauses. Il est alors illusoire de penser qu’un traitement universel puisse être optimal pour toutes.

Nous étudierons les mécanismes à l’origine de ces troubles afin de proposer une prise en charge adaptée, individualisée de la ménopause et la préménopause.